Parfois on regarde en arrière et on se dit qu'on aurait pu éviter quelques erreurs en débutant, qu'on aurait pu gagner un temps précieux en s'épargnant quelques maladresses...

On a donc décidé de vous faire une liste non exhaustive de 3 conseils qu'on aurait aimé entendre pour un peu moins lutter les premiers mois et atteindre plus vite nos objectifs...

 
C+T-selection-85-_T__4420.jpg
 

 
 

1. AVANT

"Do your homework"

 

Je prépare toujours mes shoots. Chacun fait ça comme il veut mais pour ma part, je cherche des inspirations visuelles, des thématiques, je regarde ce qui s’est fait sur un même sujet dans l’art, le graphisme, etc.

Les courants qui m’inspirent artistiquement sont volontairement assez loin de l’univers du mariage et sont très riches. Ils me permettent de construire un univers visuel avant le shoot. Je vais constamment m’appuyer sur cela tout au long du travail.
— Michael

En fait, il y a un malentendu quand on débute. On est persuadé que la spontanéité sera ce qui nous sauvera, que l'instinct fera de nous un grand photographe. C'est vrai en partie si vous vous connaissez. Mais en partie seulement. La préparation et le travail sont au centre de toute pratique exigeante.

Si vous regardez un musicien improviser, il ne fait pas n'importe quoi. Il a travaillé ses gammes pendant des heures pour savoir ce qui va sonner. Ce n'est que pour le profane qu'il s'agit d'instinct. En réalité c'est du travail intense caché sous de la simplicité apparente. C'est pareil pour la photo. 

Vous devriez connaître votre technique pour qu'elle ne vous encombre plus, savoir ce que vous photographiez et pourquoi vous le faites. Bien sûr, il existe différentes manières de se préparer mais vous faire croire que cela arrivera sans travail serait une erreur, surtout quand il s'agit d'un mariage et de toute la pression qui va avec cette commande. 

yk_581.jpg
t-vf-new-establishment-summit-annie-leibovitz-2015-mark-zuckerberg-lena-dunham-03.jpg
J’étais très frustré par l’exercice imposé des photos de groupe et, au départ, j’y allais à reculons. J’avais l’impression que c’était surfait, faussement fun, jamais original.

Puis j’ai cherché autre part et en particulier chez Annie Leibovitz en tentant de comprendre ce qui rendait ses photos d’équipes différentes et comment je pouvais appliquer cela au mariage.
— Michael

 
 

2. PENDANT

"Know your value"
 

5ce69d09-3cb2-48d6-8f24-43ff2b498514.jpg
Pensez parfois à prendre un petit temps de recul dans cette journée folle... quelques minutes pour contempler et créer une distance, un apaisement afin que l’inspiration du coeur vienne s’engouffrer à la place de la raison :)
— Céline

 

Essayez de comprendre pourquoi vous êtes là et en quoi vous êtes différent. C'est fondamental ! Cela suppose, bien entendu, que vous devez développer une certaine confiance en vous. Le milieu du mariage est très formaté... on a souvent l'impression que certaines choses sont à faire et d'autres non... normal ! c'est un sujet délicat fait de traditions, et de codes...

Le mariage est devenu une tendance et il faut aujourd'hui y coller pour développer son business ! Mais il y'a plein de façon de faire entendre votre voix, vos trippes... Faut-il choisir entre le fine art et le moody pour éviter d'être trop "classique" ? Faut-il photographier beaucoup de déco ? Les alliances sur le petit coussin ?  En réalité, la vraie réponse est "faites ce qui vous touche vous", l'inspiration peut venir de partout ! Montrez ensuite ce qui vous a vraiment plu dans cette image... et le profil des clients qui vous contacteront s'adaptera à votre vision !

En mariage, nous shootons très différemment l'un et l'autre. L'approche de Michaël est plus picturale voire graphique quand celle de Céline est davantage centrée sur les émotions et l'humour par exemple. Développez vos propres règles... C'est précisément ce qui construira votre différence et votre impact. 

 
be55d53e-7086-4ee6-b126-94b317775405.jpg

 
 

3. APRèS

"Under promise Over deliver"

 

Avec le temps je connais le nombre de photos qui seront livrées au final, quelque soit la météo :) mais je laisse toujours une marge sur ma plaquette de présentation pour que les clients soient surpris chaque fois quand ils reçoivent la galerie !
— Céline
 
Le mot “illimité” doit absolument être banni de votre offre. Il frustrera vos clients systématiquement. Annoncez toujours moins que ce dont vous êtes réellement capable. Qui peut garantir plus que l’illimité ?
— Michael

S'il est une chose à retenir c'est celle-ci : Vous ne devez jamais promettre plus que ce que vous êtes capable de faire. L'idéal serait même de sous-évaluer vos capacités.

Il y a deux raisons à cela :

Premièrement, vous voulez que votre client ne soit pas simplement satisfait par votre travail mais qu'il soit agréablement surpris par ce travail, qu'il l'aime, qu'il reconnaisse en vous celui qui a été plus loin que ce qu'il avait annoncé et qu'il devienne un bon ambassadeur. Pour faire évoluer votre "marque", vous devez le surprendre agréablement et non pas juste répondre à une prestation contractuelle.

Deuxièmement, promettre trop vous met à tous les coups dans une situation difficile à tenir personnellement. Difficile d'être égal à soi-même sur toute une saison, pour tous les shootings, sur toutes ces journées... elles sont si intenses ! Laissez-vous une marge :)
 

MH_375.jpg
 
 

Cela peut paraitre évident mais, encore plus aujourd'hui avec les réseaux sociaux, il est très difficile de reconnecter à soi et de savoir ce qui nous plait réellement. Il y a pourtant des astuces concrètes pour y parvenir, des exercices pour développer un univers qui vous ressemble. C'est notamment ce que l'on vous propose avec Sea+Feel... Créer un espace de lieu et de temps pour vous montrer comment aller chercher tout ça et l'exprimer !

 

Merci de nous avoir lus, et n'oubliez pas, ce MERCREDI à 19h, nous répondons à toutes vos questions en LIVE sur facebook !

En attendant, vous pouvez toujours vous inscrire à la newsletter pour avoir plus d'infos sur nos ateliers SEA+FEEL... (et aussi un cool mail de bienvenue !)

 

 

 

Comment